Préventions

et Compagnies/Sociétés

d’Assurance-Accidents

Ma démarche en faveur des compagnies d’assurance-accidents notamment s’appuie sur un parcours de plus de 30 ans :

  • En tant que pratiquant de sports divers et variés. Comme nombre ‘entre nous, j’ai senti et ressenti le bénéfice de leur pratique de façon régulière, sans avoir pour autant poussé l’exercice de façon jusqu’au-boutiste par de la compétition par exemple. Suffisamment tout de même pour avoir voulu devenir un professionnel de la formation aux sports de neige en Suisse, en France et aux Etats-Unis, puis en qualité d’expert national en Suisse dans l’encadrement et la formation professionnelle à l’enseignement des sports de neige.
  • Comme enseignant, activité que j’ai exercée une dizaine d’années au secondaire inférieur et supérieur du canton de Genève, au travers de laquelle j’a réalisé, qu’en matière d’enseignement, « mettre l’élève au centre et s’intéresser à lui », c’est d’abord s’intéresser à considérer « comment » transmettre au mieux un contenu plutôt que de se soucier d’abord de la quantité et de la qualité d’informations « à faire passer », car un élève, un apprenant quel qu’il soit, jeune ou adulte, ne retient un contenu que dès lors qu’il est prêt à le recevoir; et forcément tous ne sont pas prêts en même temps. Faire fi du contexte et de l’individu est une voie sans issue cognitivement autant qu’en matière de motricité;
  • Mon parcours s’est étoffé d’une expérience sur l’identification et l’analyse des causes dans le cadre d’une activité de 15 ans dans la conformité opérationnelle en entreprise.
  • Cela m’a amené naturellement à m’intéresser aux aspects neuroscientifiques du mouvement et de notre fonctionnement psychomoteur, intérêt qui m’a mené à une certification de praticien ActionTypes®, approche novatrice en matière de coaching sur les préférences motrices et leurs rôles, utilisée avec succès dans le sport de haut niveau et en entreprise.

Je suis donc un observateur et un acteur attentif de ce qui nourrit des mouvements harmonieux à des fins sportives autant que cognitives, et de ce que cela apporte d’en avoir une conscience avérée dans les différents contextes dans lesquels nous évoluons dans le sport ou dans notre vie professionnelle ou personnelle.

esSENsiel : Assurances
esSENsiel : Assurances
esSENsiel : Assurances

Préventions

et Compagnies/Sociétés

d’Assurance-Accidents

Ma démarche en faveur des compagnies d’assurance-accidents notamment s’appuie sur un parcours de plus de 30 ans :

  • En tant que pratiquant de sports divers et variés. Comme nombre ‘entre nous, j’ai senti et ressenti le bénéfice de leur pratique de façon régulière, sans avoir pour autant poussé l’exercice de façon jusqu’au-boutiste par de la compétition par exemple. Suffisamment tout de même pour avoir voulu devenir un professionnel de la formation aux sports de neige en Suisse, en France et aux Etats-Unis, puis en qualité d’expert national en Suisse dans l’encadrement et la formation professionnelle à l’enseignement des sports de neige.
  • Comme enseignant, activité que j’ai exercée une dizaine d’années au secondaire inférieur et supérieur du canton de Genève, au travers de laquelle j’a réalisé, qu’en matière d’enseignement, « mettre l’élève au centre et s’intéresser à lui », c’est d’abord s’intéresser à considérer « comment » transmettre au mieux un contenu plutôt que de se soucier d’abord de la quantité et de la qualité d’informations « à faire passer », car un élève, un apprenant quel qu’il soit, jeune ou adulte, ne retient un contenu que dès lors qu’il est prêt à le recevoir; et forcément tous ne sont pas prêts en même temps. Faire fi du contexte et de l’individu est une voie sans issue cognitivement autant qu’en matière de motricité;
  • Mon parcours s’est étoffé d’une expérience sur l’identification et l’analyse des causes dans le cadre d’une activité de 15 ans dans la conformité opérationnelle en entreprise.
  • Cela m’a amené naturellement à m’intéresser aux aspects neuroscientifiques du mouvement et de notre fonctionnement psychomoteur, intérêt qui m’a mené à une certification de praticien ActionTypes®, approche novatrice en matière de coaching sur les préférences motrices et leurs rôles, utilisée avec succès dans le sport de haut niveau et en entreprise.

Je suis donc un observateur et un acteur attentif de ce qui nourrit des mouvements harmonieux à des fins sportives autant que cognitives, et de ce que cela apporte d’en avoir une conscience avérée dans les différents contextes dans lesquels nous évoluons dans le sport ou dans notre vie professionnelle ou personnelle.

esSENsiel : Assurances
esSENsiel : Assurances
esSENsiel : Assurances

L’harmonie à laquelle je fais allusion ci-dessus fait référence à celle qui émane de gestes, de mouvements, de coordinations qui correspondent à l’organisation psychomotrice du corps qui les produit, non limités à des techniques apprises de façon scolaire ou mécanique en hors du contexte de leur application ou à des mesures technologiques ciblées faisant fi de la globalité et de l’unicité de l’individu en matière de mobilité, de motricité, et plus largement dans son existence.

À défaut de cette harmonie, tout mouvement, aussi anodin soit-il, se voit réalisé sans tenir compte de l’organisation psychomotrice intrinsèque propre à chaque individu. Ce sont ces incohérences qui induisent potentiellement des postures ou des gestes maladroits, des pertes d’équilibre malencontreuses, des sources d’inattention avec les conséquences que vous savez.

Il est communément avancé comme explications aux nombreux incidents et accidents qui surviennent dans le quotidien des motifs tels que la maladresse, l’inattention. En matière de sports et de loisirs, la SUVA, dans ses statistiques, avance des motifs tels que l’absence d’échauffement, les surcharges en matière d’effort ou de pratique, le surentraînement. Ces causes n’expliquent qu’environ 40 % des  cas d’accidents répertoriés. Ne reste donc pour les 60 % restants sans causes recensées que des formes de fatalité (maladresse, malchance…) pour les expliquer… Cela ne favorise certes pas la définition de programmes de prévention plus efficaces.

En matière de prévention des incidents et accidents, les mesures de prévention mises sur pied s’appuient sur ces statistiques alors qu’elles sont le reflet des conséquences des incidents ou des accidents observés ou relevés et non leurs causes.

Or, la majeure partie des gestes maladroits, des chutes, des foulures, des coupures, des pertes d’équilibre se produisent sans que les motifs évoqués ci-dessus ne les expliquent. Pourtant, explication il y a ! Tous ces événements mal maîtrisés sont le fruit d’incohérences psychomotrices dans des contextes particuliers dont les causes sont à chercher du côté du manque de conscience que nous avons de nos différentes organisations psychomotrices propres.

Les neurosciences, et tout particulièrement l’imagerie cérébrale, apportent des confirmations quant aux observations que des spécialistes de la psychomotricité, de la pédagogie, du mouvement dans le sport et de la psychologie mettent en avant sur le terrain depuis quelques décennies.

C’est la phrase de R. Llinás, chercheur en neuroscience qui résume le mieux cette avancée :

« Nous pensons parce que nous bougeons ! »
…et non l’inverse !

la maladresse en matière de mobilité n’a rien d’une fatalité. Nous vivons dans un monde où nous revendiquons être de plus en plus connectés; oui ! mais connectés à quoi ?… à des choses qui ne nous appartiennent pas en tant qu’individu. Nous avons perdu le lien avec notre propre corps en l’ayant délégué :

  • à des environnements sécurisés mis à disposition par la société que nous avons développée pour nous nourrir ou nous loger,
  • à de la technologie pour nous déplacer, travailler et communiquer,
  • à des règles, des lois des dogmes pour vivre ensemble ou mieux performer…

Tout cela contribue à éloigner chacun de nous de sa propre identité motrice. Nous avons tous entendu dire qu’il est bon ou serait souhaitable d’être à l’écoute de son corps… C’est un concept ou un dogme de plus si cela n’est pas ramené à quelque chose de palpable par le physique autant que le psychique simultanément et globalement.

C’est autour de ce vécu et fort de ce constat que l’approche esSENSiel-ActionTypes® est née et s’est construite :

  • permettre de prioriser et intégrer la conscience de sa propre réalité psychomotrice;
  • mieux se percevoir et se ressentir dans des situations et contextes donnés pour éviter d’agir ou réagir contre nature;
  • appliquer de façon non conceptuelle, concrète et simple l’adage « il vaut mieux prévenir que guérir ».

Prioriser la perception qu’une personne a d’elle-même. Cela se fait à l’aide d’exercices contradictoires et ludiques de coordination, d’équilibre, de vision, de réaction, de concentration validés kinésiologiquement par l’intéressé(e), qui sont ultérieurement décryptés selon les contextes à l’aune de la typologie jungienne.

Les statistiques sur le sujet sont accablantes. Qu’elles émanent de la SUVA ou du BPA, les chiffres publiés montrent que depuis des années le nombre des cas d’accidents ne varie qu’au gré des transferts d’activité (par exemple, le transfert du marché du ski vers le snowboard fin des années 90, et inversement depuis). Au-delà de ces observations, les chiffres n’évoluent pas de façon significative que cela soit  dans le cadre des activités sportives ou de loisirs.

On peut les expliquer par le nombre d’opportunités offertes pour pratiquer des activités, par l’augmentation du nombre de pratiquants, il n’en demeure pas moins que les efforts et les investissements consentis en matière de prévention ne portent par leur fruit.

Deux raisons essentielles à cela : 

a) Les campagnes de prévention s’appuient et se limitent aux causes présumées, issues de l’analyse des déclarations d’accident établies par les victimes, à savoir :

  • le manque ou l’absence d’échauffement;
  • la surcharge en matière d’effort, la suractivité ou le surentraînement.

b) Les mesures de prévention font appel à des aspects soit extérieurs à la personne, soit hors contexte par rapport à la personne elle-même. Je m’explique :

  • Les mesures de prévention sous la forme des dix commandements : fais-ci, fais-ça, il faut, il ne faut pas (affichettes, panneaux, campagnes télévisuelles etc…) ne touchent que les personnes qui se sentent dynamisées par de telles injonctions.
  • À l’opposé, les mesures qui enjoignent d’agir autrement dans l’action, par exemple en s’échauffant avant de commencer une activité ne tiennent pas compte des différences et spécificités motrices propres à chaque individu, ni de la nature de l’activité visée ou du contexte dans lequel l’activité se déroulera. Elles proposent des exercices de mobilité globaux et pas nécessairement en correspondance avec la motricité intrinsèque de chacun; ceux-ci servent donc plus à réchauffer un corps et augmenter un rythme cardiaque qu’à préparer un système psychomoteur à évoluer au mieux face à des situations qui changent en permanence.

L’approche esSENSiel, propose à ses bénéficiaires d’aller à la rencontre de leurs propres préférences motrices en faisant appel à des formes d’équilibre, de réactions, de vision, d’attention qui mettent en éveil leurs systèmes sensoriels. Cela expérimenté, elle/ils seront en mesure de comprendre comment organiser de façon cohérente leur motricité face aux situations ressenties par elles/eux comme confortables ou non.

C’est de la non-conscience de nos préférences motrices dans des situations différentes que naissent  la plupart des maladresses, faux-mouvements, crispations, chutes dont nous sommes victimes

Le nombre d’accidents reste constant; cela n’est pas une fatalité

Le nombre d’accidents ne diminue globalement pas depuis des décennies; les campagnes ne feraient-elles pas mouche ?

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Le nombre d’accidents reste constant; cela n’est pas une fatalité

Le nombre d’accidents ne diminue globalement pas depuis des décennies; les campagnes de prévention ne feraient-elles pas mouche ?

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Les statistiques sur le sujet sont accablantes. Qu’elles émanent de la SUVA ou du BPA, les chiffres publiés montrent que depuis des années le nombre des cas d’accidents ne varie qu’au gré des transferts d’activité (par exemple, le transfert du marché du ski vers le snowboard fin des années 90, et inversement depuis). Au-delà de ces observations, les chiffres n’évoluent pas de façon significative que cela soit  dans le cadre des activités sportives ou de loisirs.

On peut les expliquer par le nombre d’opportunités offertes pour pratiquer des activités, par l’augmentation du nombre de pratiquants, il n’en demeure pas moins que les efforts et les investissements consentis en matière de prévention ne portent par leur fruit.

Deux raisons essentielles à cela : 

a) Les campagnes de prévention s’appuient et se limitent aux causes présumées, issues de l’analyse des déclarations d’accident établies par les victimes, à savoir :

  • le manque ou l’absence d’échauffement;
  • la surcharge en matière d’effort, la suractivité ou le surentraînement.

b) Les mesures de prévention font appel soit à des aspects extérieurs à la personne, soit hors contexte par rapport à la personne elle-même. Je m’explique :

  • Les mesures de prévention sous la forme des dix commandements : fais-ci, fais-ça, il faut, il ne faut pas (affichettes, panneaux, campagnes télévisuelles etc…) ne touchent que les personnes qui se sentent dynamisées par de telles injonctions.
  • À l’opposé, les mesures qui enjoignent d’agir autrement dans l’action, par exemple en s’échauffant avant de commencer une activité ne tiennent pas compte des différences et spécificités motrices propres à chaque individu, ni de la nature de l’activité visée ou du contexte dans lequel l’activité se déroulera. Elles proposent des exercices de mobilité globaux et pas nécessairement en correspondance avec la motricité intrinsèque de chacun; ceux-ci servent donc plus à réchauffer un corps et augmenter un rythme cardiaque qu’à préparer un système psychomoteur à évoluer au mieux face à des situations qui changent en permanence.

L’approche esSENSiel, propose à ses bénéficiaires d’aller à la rencontre de leurs propres préférences motrices en faisant appel à des formes d’équilibre, de réactions, de vision, d’attention qui mettent en éveil leurs systèmes sensoriels. Cela expérimenté, elle/ils seront en mesure de comprendre comment organiser de façon cohérente leur motricité face aux situations ressenties par elles/eux comme confortables ou non.

C’est de la non-conscience de nos préférences motrices dans des situations différentes que naissent  la plupart des maladresses, faux-mouvements, crispations, chutes dont nous sommes victimes

esSENSiel 
en matière de Valeur Ajoutée

Pour votre ou vos équipe(s), pour vos bénéficiaires, esSENSiel est la pièce manquante de votre puzzle en matière d’accompagnement qu’aucun de vos collaborateurs et qu’aucun de vos concurrents ne maîtrisent à l’heure actuelle.

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Ce qui fait tout à la fois la force et la singularité de l’approche esSENSiel, c’est sa capacité à considérer l’individu dans sa globalité tant physique que psychique (au sens cérébral et non psychologique) pour lui permettre de ressentir et (re)découvrir son fonctionnement psychomoteur propre, face à des contingences extérieures qui affectent son organisation motrice ou pas.

Ce constat lui permet de percevoir quelles sont les situations contextuelles, relationnelles et émotionnelles qui lui sont naturellement bénéfiques, de celles qui lui sont coûteuses énergétiquement parlant; la meilleure façon de se booster tout en acquérant une meilleure conscience de soi. 

esSENSiel 
en matière de Valeur Ajoutée

Pour votre ou vos équipe(s), pour vos bénéficiaires, esSENSiel est la pièce manquante de votre puzzle en matière d’accompagnement qu’aucun de vos collaborateurs et qu’aucun de vos concurrents ne maîtrisent à l’heure actuelle.

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Ce qui fait tout à la fois la force et la singularité de l’approche esSENSiel-ActionTypes®, c’est sa capacité à considérer l’individu dans sa globalité tant physique que psychique (au sens cérébral et non psychologique) pour lui permettre de ressentir et (re)découvrir son fonctionnement psychomoteur propre, face à des contingences extérieures qui affectent son organisation motrice ou pas.

Ce constat lui permet de percevoir quelles sont les situations contextuelles, relationnelles et émotionnelles qui lui sont naturellement bénéfiques, de celles qui lui sont coûteuses énergétiquement parlant; la meilleure façon de se booster tout en acquérant une meilleure conscience de soi. 

Nous faisons essentiellement appel à deux modes d’organisation psychomotrice selon que les contextes ou l’environnement dans lesquels nous évoluons nous affectent ou pas.

Un mode qui nous est naturel et dont nous pouvons faire usage et tirer parti sans limite. Cette organisation motrice nous est bénéfique à plus d’un titre; elle est source d’énergie.

L’autre mode est une alternative au premier; il vient le compléter lorsque nous faisons face à des situations qui sortent de notre ordinaire, qui nous sortent de notre zone de confort, de notre routine. Y faire appel est nécessaire, mais cet autre mode est énergivore pour l’organisation psychomotrice de l’individu. Nous faisons appels aux deux systèmes en permanence, à des fins motrices autant qu’à des fins cognitives ou émotionnelles.

C’est de la conscience physique et mentale de ces deux modes d’organisation motrice dans les différents environnements face auxquels nous sommes confrontés, qu’il nous est possible de d’évoluer avec le maximum de nos ressources propres, que cela soit à des fins motrices, cognitives, relationnelles ou émotionnelles.

Préférences Motrices

Rendre conscients les liens qu’il y a entre les moyens et les ressources que nous mettons en oeuvre pour organiser notre motricité et ceux que nous mettons en oeuvre en action ou en réaction à des réalités différentes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce vaste sujet du lien entre nos préférences motrices et notre cerveau, nous vous invitons à cliquer ICI.

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Nous faisons essentiellement appel à deux modes d’organisation psychomotrice selon que les contextes ou l’environnement dans lesquels nous évoluons nous affectent ou pas.

Un mode qui nous est naturel et dont nous pouvons faire usage et tirer parti sans limite. Cette organisation motrice nous est bénéfique à plus d’un titre; elle est source d’énergie.

L’autre mode est une alternative au premier; il vient le compléter lorsque nous faisons face à des situations qui sortent de notre ordinaire, qui nous sortent de notre zone de confort, de notre routine. Y faire appel est nécessaire, mais cet autre mode est énergivore pour l’organisation psychomotrice de l’individu. Nous faisons appels aux deux systèmes en permanence, à des fins motrices autant qu’à des fins cognitives ou émotionnelles.

C’est de la conscience physique et mentale de ces deux modes d’organisation motrice dans les différents environnements face auxquels nous sommes confrontés, qu’il nous est possible de d’évoluer avec le maximum de nos ressources propres, que cela soit à des fins motrices, cognitives, relationnelles ou émotionnelles.

Nous faisons essentiellement appel à deux modes d’organisation psychomotrice selon que les contextes ou l’environnement dans lesquels nous évoluons nous affectent ou pas.

Un mode qui nous est naturel et dont nous pouvons faire usage et tirer parti sans limite. Cette organisation motrice nous est bénéfique à plus d’un titre; elle est source d’énergie.

L’autre mode est une alternative au premier; il vient le compléter lorsque nous faisons face à des situations qui sortent de notre ordinaire, qui nous sortent de notre zone de confort, de notre routine. Y faire appel est nécessaire, mais il ne faudrait pas y avoir recours en permanence car l’organisation motrice de cet autre mode est énergivore pour l’organisation psychomotrice de l’individu. Nous faisons appels aux deux systèmes en permanence, à des fins motrices autant qu’à des fins cognitives ou émotionnelles.

Percevoir et reconnaître ses préférences motrices en fonction du contexte permet de ressentir en quoi l’environnement et le contexte dans lequel nous évoluons affectent positivement ou pas notre système psychomoteur; en d’autres termes, percevoir quelles sont les caractéristiques motrices qui lui sont naturelles de celles auxquelles il fait appel en seconde instance.

Motivations Profondes

Elles représentent l’étincelle qui fait démarrer le moteur de l’organisation motrice d’un individu.

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Les percevoir, c’est reconnaître, chez soi et chez les autres, sur quoi nous nous appuyons en priorité :

  • pour percevoir,
  • pour décider,

que cela soit pour porter son attention sur quelqu’un, quelque chose ou pas… pour comprendre, mémoriser ou pas… pour entrer en relation ou pas… pour tenter, entreprendre quelque chose ou pas… pour donner suite à une action ou pas…

percevoir et reconnaître ses propres Motivations Profondes et connaître celles de membres d’un groupe, c’est se donner les moyens de favoriser un cadre relationnel et de travail susceptibles de dynamiser positivement les ressources de chacun des membres de l’équipe.

Motivations Profondes

Elles représentent l’étincelle qui fait démarrer le moteur de l’organisation motrice d’un individu.

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Les percevoir, c’est reconnaître, chez soi et chez les autres, sur quoi nous nous appuyons en priorité :

  • pour percevoir,
  • pour décider,

que cela soit pour porter son attention sur quelqu’un, quelque chose ou pas… pour comprendre, mémoriser ou pas… pour entrer en relation ou pas… pour tenter, entreprendre quelque chose ou pas… pour donner suite à une action ou pas…

percevoir et reconnaître ses propres Motivations Profondes et connaître celles de membres d’un groupe, c’est se donner les moyens de favoriser un cadre relationnel et de travail susceptibles de dynamiser positivement les ressources de chacun des membres de l’équipe.

Parler et aborder le sujet des ressources ne fait pas référence aux ressources mentales, si il s’agit de les réduire à la volonté de l’individu, ni aux ressources morales dès lors qu’il s’agit de conformisme à des valeurs morales, souvent confondues avec les précédentes par ailleurs.

esSENSiel  propose à la/au bénéficiaire, de parcourir les diverses façons de bonifier et vitaliser ses ressources neurocérébrales propres et les fonctions qui leur sont associées en utilisant ses préférences motrices comme bras de levier.

Autrement dit, Comment jouer de ses préférences motrices pour dynamiser son propre système psychomoteur pour :

  • bien démarrer sa journée,
  • s’échauffer avant un effort,
  • s’ouvrir émotionnellement ou au contraire ne pas être affecté dans un contexte donné.

Faire appel à ses ressources intrinsèques

Comment, en fonction de quoi, capitaliser sur ses propres ressources ?

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Faire appel à ses ressources intrinsèques

Comment, en fonction de quoi, capitaliser sur ses propres ressources ?

Pour nous contacter, cliquer ICI.

Parler et aborder le sujet des ressources ne fait pas référence aux ressources mentales, si il s’agit de les réduire à la volonté de l’individu, ni aux ressources morales dès lors qu’il s’agit de conformisme à des valeurs morales, souvent confondues avec les précédentes par ailleurs.

esSENSiel  propose à la/au bénéficiaire, de parcourir les diverses façons de bonifier et vitaliser ses ressources neurocérébrales propres et les fonctions qui leur sont associées en utilisant ses préférences motrices comme bras de levier.

Autrement dit, Comment jouer de ses préférences motrices pour dynamiser son propre système psychomoteur pour :

  • bien démarrer sa journée,
  • s’échauffer avant un effort,
  • s’ouvrir émotionnellement ou au contraire ne pas être affecté dans un contexte donné.

Synergies de groupe

Partager les points de convergences fonctionnelles, les thèmes et les domaines sur lesquels le groupe peut s’appuyer pour mieux communiquer et opérer.

Pour nous contacter cliquer ICI.

Une conscience de sa propre motricité amène à mieux se percevoir et mieux percevoir les contextes qui affectent celle-ci par ailleurs. Ce qui est vrai à titre individuel, l’est tout autant pour le groupe. 

esSENSiel apporte une vraie contribution à la cohérence fonctionnelle et opérationnelle d’un groupe en laissant émerger les synergies potentielles de celui-ci à l’appui des caractéristiques propres à chacun de ses membres.

Après que chaque membre ait intégré et validé ses propres préférences à son niveau, une synthèse peut être partagée mettant en lumière les points de convergence, respectivement d’ambiguïté et de tension potentielle, avec des clés pour les aborder au mieux selon les contextes. Au bénéfice de toutes et tous, puisqu’elle est l’émanation, non pas d’envies, de réflexions ou de projections, mais le fruit des expressions naturelles et intrinsèques de chaque membre du groupe dans sa réalité existentielle.

Synergies de groupe

Partager les points de convergences fonctionnelles, les thèmes et les domaines sur lesquels le groupe peut s’appuyer pour mieux communiquer et opérer.

Pour nous contacter cliquer ICI.

Une conscience de sa propre motricité amène à mieux se percevoir et mieux percevoir les contextes qui affectent celle-ci par ailleurs. Ce qui est vrai à titre individuel, l’est tout autant pour le groupe. 

esSENSiel apporte une vraie contribution à la cohérence fonctionnelle et opérationnelle d’un groupe en laissant émerger les synergies potentielles de celui-ci à l’appui des caractéristiques propres à chacun de ses membres.

Après que chaque membre ait intégré et validé ses propres préférences à son niveau, une synthèse peut être partagée mettant en lumière les points de convergence, respectivement d’ambiguïté et de tension potentielle, avec des clés pour les aborder au mieux selon les contextes. Au bénéfice de toutes et tous, puisqu’elle est l’émanation, non pas d’envies, de réflexions ou de projections, mais le fruit des expressions naturelles et intrinsèques de chaque membre du groupe dans sa réalité existentielle.

Merci de contacter esSENSiel

Nous vous prions de nous laisser vos coordonnées et de préciser ci-dessous dans quel cadre vous prenez contact ainsi que l'objet de votre intérêt.

Nous nous réjouissons de revenir à vous

l'équipe esSENSiel